AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A l'aube où blanchit la campagne, je partirais, vois-tu, je sais que tu m'attends... [PV Sven][clos]

Aller en bas 
AuteurMessage
Néo Anderson
IAI fan de Matrix
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 26/08/2008

Possession/Don du personnage
Somme: 3 200 yen
Don: Soin / Feu
Arme(s): Bâton

MessageSujet: A l'aube où blanchit la campagne, je partirais, vois-tu, je sais que tu m'attends... [PV Sven][clos]   Ven 24 Avr - 21:32

Le soleil entamait à peine sa course dans les nuages, que le jeune homme se retenait de soupirer de lassitude. En trois jours, il avait avalé autant de bonbons que faire ce peut, jusqu’à ne plus en ressentir le besoin. Enfin plus exactement, il avant eu marre de les manger. Ca l’aidait pas à trouver de solution. C’était rageant. Et pas qu’un peu. Ca allait faire trois jours heure pour heure qu’il avait rencontrer Sven et strictement aucune idée de quoi faire. A en devenir dingue. Et voir Mina n’avait pas aider en fait. Il s’était rendu compte qu’il avait trop changé en ces quelques mois, et qu’il ne serait jamais l’ami qu’elle avait connu. Parce qu’elle accordait une confiance trop aveugle dans Sven, chose qu’il avait perdu.

Laissant ses mains glissé dans ses poches, le jeune Elfe lâcha un soupir. Il ne savait plus quoi faire. Faire face, ou fuir ? Mais qu’est-ce qui l’attendait, s’il fuyait ? Et si derrière, il se faisait retrouver par Sven ? Non, cette solution lui plaisait peu. Seul, il ne faisait pas le poids face à Sven. Il fallait qu’il trouve du monde, du soutient. Mais là, ce n’était plus possible, Sven ne tarderait pas à s’impatienter s’il ne montrait pas signe. Mais devait-il le faire ?

Sentant une pièce en métal contre sa main, le jeune homme la sortit de sa poche et l’observa. Il se rappelait d’un truc étrange, lié au hasard. Le pile ou le face. Peut-être que cela valait la peine de tester et de voir si c’était plus intéressant que se casser la tête sur un problème sans solution simple. Une catastrophe complète, ce problème.

* Après tout, je ne perds rien a tester… C’est quel côté le pile ?*

Dans un hasard total et sans la moindre idée pour savoir s’il avait raison ou tord, il considéra que si la pièce tombait côté chiffre, il l’appellerait, sinon, il ferait autre chose, a commencer par changer d’identité. Mais avant de se décider sur quoi faire, autant jeter la pièce et voir ce que le hasard lui donnait comme réponse. Lançant la pièce en l’air, le jeune homme la regarda retomber dans sa paume de main. Elle était retombée sur le côté avec le palais impérial. Mauvais côté, en somme… Regardant la pièce, le jeune incarné n’était pas convaincu.

« C’est nul ce truc ! » ronchonna-t-il, tout en refermant sa main sur la pièce et en la rangeant dans sa poche. Non, il n’allait pas confier sa vie a ce truc trop hasardeux à son goût. Il devait mettre au point un plant quasiment infaillible, du moins au début. Après, tout dépendrait de ses souvenirs, des actions de Sven, et de plein d’autres choses. Il verrait la suite de son programme en fonction de cela. Le principal serait sa prudence. Ne pas laisser voir et savoir qu’il n’accordait aucune confiance en Sven. Sans quoi ce dernier serait méfiant et tout deviendrait complexe.

S’approchant d’une cabine, le jeune homme prit le combiné, déposa l’argent adéquat pour sa communication et tapa le numéro de Sven, à son travail. Certes, à cinq heures trente du matin, il était peu probable qu’il décroche. Mais ne savait-on jamais. Au pire, il devait bien avoir un répondeur. Laissant les sonneries sonnées dans le vide, le jeune Elfe retint un soupir. Et si… S’il prenait la pire des décisions ? Se mordant la lèvre, le jeune Elfe retint à peine son envie de tout raccrocher, et de quitter la ville en courant.

A l’entente d’une voix, le jeune incarné ne prit pas le temps de savoir s’il s’agissait de Sven ou d’un répondeur, et balança son message sans plus de détail, sinon, il ne le ferait jamais.

« C’est Néo, je suis devant l’ambassade… »

Sans autre détail, le jeune aux cheveux noirs raccrocha et s’écarta de la cabine. Il pouvait toujours fuir s’il le souhaitait, mais il en était peu sur. Bon sang, que faire ? Pouvait-il accorder un brin de confiance au maire ou non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raizen World
Conscience sans respect
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 24/04/2009

Possession/Don du personnage
Somme: 3200 yen
Don:
Arme(s):

MessageSujet: Re: A l'aube où blanchit la campagne, je partirais, vois-tu, je sais que tu m'attends... [PV Sven][clos]   Ven 24 Avr - 21:35

Vais-je intervenir cette fois??...

Le membre 'Raizen World' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

'd100' : 10

Non...

* La conscience disparait...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sven Lovick
Dirigeant énigmatique
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 26/08/2008

Possession/Don du personnage
Somme: 1 000 000 yen
Don: /
Arme(s): Revolver à silencieux

MessageSujet: Re: A l'aube où blanchit la campagne, je partirais, vois-tu, je sais que tu m'attends... [PV Sven][clos]   Sam 25 Avr - 17:29

Ce matin là comme beaucoup d'autre Sven n'avait pas dormi de la nuit. Il avait du mal à trouver le sommeil et était trop tracassé par des tas de choses pour arriver à dormir correctement. Il ne se contenter que de faire des courtes siestes en journées de temps en temps. Cela faisait quelques heures qu'il restait assis tout simplement sur une chaise. Il rêvassait un peu. Nul n'était levé à cette heure, on ne pouvait réduire en esclavage même les scientifiques du coin des secrets... Dommage mais c'était ainsi! Sven pensait donc à sa semaine bien remplie. Avait-il fait une erreur en sortant avec Mina et Akai en pleine ville? Certes, cela leur avait fait plaisir mais ces deux là étaient de vraies catastrophes ambulantes. Quand il repensait à Akai et sa tronçonneuse... C'était bien la première fois qu'il voyait une IAI mage rouge avec une telle arme! Elle devait être redoutable lorsque l'on ne la retenait pas... Il se demandait s'il viendrait à lui confier ou non des missions un jour.

Et ce Neuro... Qu'allait-il advenir de lui? Allait-il être utile ou pas? Devait-il lui rendre sa pseudo liberté et le faire travailler pour lui? Etait-ce bien raisonnable de faire confiance à un amateur de chaire humaine? Que de questions... Entre ça et les nouveaux venus Sven ne savait plus où donner de la tête. Et bien évidemment une des grandes questions étaient de savoir ce qu'il adviendrait de Néo... Devait-il le ramener par la force? Serait-il enfin raisonnable? Qu'est-ce qui pouvait bien trotter dans sa petite tête?

Sven soupira et s'apprêtait et se lever lorsque le téléphone résonna dans la pièce auparavant si silencieuse. Le numéro qui s'affichait lui était inconnu. Il décrocha lentement:


" Sven Lovick."


LA voix de Néo retentit alors et lui annonça qu'il se trouvait devant l'ambassade! C'était une occasion inespérée... Pour une fois il ne regrettait pas de travailler quasiment tout le temps. C'était payant. Bien évidemment il pouvait s'agir d'un piège ou d'un canular mais il ne pouvait perdre cette opportunité. Il se rendrait sur place, c'était certain. Il se leva, s'arma de son fidèle silencieux et se rendit sur place. Il laissa un mot sur la table prévenant ses gardes du corps que s'il n'était pas revenu avant midi ils devaient le retrouver et utiliser tous les moyens nécessaires pour cela. En bref, tuer sans soucis car s'il n'était pas là alors il lui serait arrivé malheur.

Mais il doutait que cela arrive. Néo ne risquerait pas cela. C'était bien trop dangereux pour lui, sa créatrice et ses anciens amis. Non, il serait sage.

Sven sortir doucement du coin des secrets et se rendit à la fameuse ambassade. Là où les IAI devaient aller pour recevoir des papiers... Etrangement personne n'y allait, dommage. Cela lui aurait grandement facilité la tâche tout de même.

Ses pas avançaient lentement, Sven était tout de noir vêtu et passait quasiment inaperçu dans les rues sombres menant à l'ambassade. Voilà que le bâtiment imposant se tenait devant lui. Il chercha donc du regard Néo... Il devait être là quelque part mais où?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://raizenworld.forumactif.org
Néo Anderson
IAI fan de Matrix
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 26/08/2008

Possession/Don du personnage
Somme: 3 200 yen
Don: Soin / Feu
Arme(s): Bâton

MessageSujet: Re: A l'aube où blanchit la campagne, je partirais, vois-tu, je sais que tu m'attends... [PV Sven][clos]   Dim 26 Avr - 0:34

Laissant son regarder erré pendant quelques secondes, le jeune homme retint un soupir de lassitude. Il paniquait. L’idée même de devoir revoir Sven le paniquait. Se mordillant la lèvre, Néo se retenait de faire les cent pas. Cela ne servirait strictement à rien. Cela ne l'aiderait pas à se calmer...
Se calmer... Voila ce qu'il devait faire. S'il continuait ainsi, il allait finir dingue et hystérique à la moindre tentative de Sven. Non, il devait être calme, tranquille et surtout impassible. Comme si les paroles glissaient sur lui sans l'atteindre. Sans quoi, tout ce qu'il pourrait essayer serait vain. Jetant un regard aux alentours, l’apparent adolescent se laissa tomber sur les marches menant à l’ambassade. Il méprisait ce bâtiment, comme surement les trois quarts des incarnés.

*Bon… Il a répondu au téléphone, donc il devrait pas tarder à venir. Que faire ?*

Fermer les yeux et prendre une bonne inspiration. Il se doutait de ce qui l’attendait, Mina en avait trop dit, et Sven aussi. Mais il devait se préparer quand même. Tomber dans la gueule du loup n’avait rien de plaisant à faire. C’était la pire des stupidité qu’il avait pu commettre ! Retenant son envie de se traiter de tout les noms possibles et inimaginables, le jeune Elfe ferma les yeux en soupirant. IL fallait qu’il se calme. Il savait ce qui l’attendait, à lui de mettre en place sa tactique. La seule chose qu’il fallait était retrouver rapidement sa mémoire et paraître convaincu par les belles paroles trompeuses de Sven.

Il ne devait faire confiance qu’à lui-même et lui seul. Même Mina ne lui saurait d’aucun soutien. Elle était trop bien manipulée par Sven pour qu’il puisse lui faire confiance. Mais la méfiance ne devait pas être visible. Il fallait qu’il lui paraisse amical. Elle même avait dit qu’il pourrait tromper son adversaire. Restait plus qu’à le faire.

Relevant la tête, le jeune Elfe croisa du regard Sven. Il était déjà ici ? Dommage, franchement, il s’en serait totalement passé. Mais en même temps, il le savait d’avance, depuis qu’il avait raccroché que cette deuxième rencontre devait arriver. Il fallait juste qu’il pense à protéger ses arrières. Se relevant en silence, le jeune Elfe se forgea un masque de froideur sur son visage. Les paroles de Sven devait glisser sur lui comme sur une carapace. Il ne devait plus être aussi impulsif qu’avant. Il fallait qu’il apprenne à mesurer ses paroles et ses actes.

« Je suis ici. »

C’était fini de sa tranquillité. Pour le moment, il comptait bien la retrouver rapidement. Même s’il se doutait que ce ne serait pas assez tôt à son goût. Après tout, son amnésie devait rendre méfiant son ancien employeur. Car ça, il comptait bien le changer, les descriptifs de Mina l’avait suffisamment refroidi. Il ne voulait pas entrainer d’autres incarnés dans les bras de Sven. Plus maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sven Lovick
Dirigeant énigmatique
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 26/08/2008

Possession/Don du personnage
Somme: 1 000 000 yen
Don: /
Arme(s): Revolver à silencieux

MessageSujet: Re: A l'aube où blanchit la campagne, je partirais, vois-tu, je sais que tu m'attends... [PV Sven][clos]   Mar 28 Avr - 13:37

Il était finalement au rendez-vous, comme l'avait pensé Sven. Il avait été raisonnable et cela valait mieux pour tout le monde en fin de compte. Comme quoi, même amnésique on pouvait choisir le bon choix. Sven sourit lorsque Néo l'interpela avec sa simple phrase. Il le fixa un moment avant de lui faire un signe de la main indiquant qu'il devait le suivre. Cependant, au cas où il n'aurait pas compris Sven prit la peine de mentionner à voix haute:

" Bien, alors suis-moi, c'est par là."


Sven avança à pas assez rapide, il ne fallait pas trainer. Il estimait que Néo l’avait suffisamment fait attendre et donc qu’il se devait de se bouger un peu au moins pour se rendre au coin des secrets. Le maire se fichait pas mal des « sacrifices » qu’il ait du faire pour en arriver là. Il considérait que c’était tout à fait normal, sa place n’était pas dans cette vie qu’il s’était construit mais aux coins des secrets comme c’était le cas avant. De plus en quelque sorte il l’aidait à retrouver la mémoire… Une fois là bas il serait sans doute capable de se souvenir peu à peu de tout ce qu’il avait fait ici, de comment il était devenu infiltré.

Peut-être même se souviendrait-il comment il était devenu amnésique, la cause de tout cela. Bref c’était pour son bien qu’il devait rentrer… Et il veillerait à ce qu’il se tienne bien, le temps que cela devienne
automatique pour lui. Il se tâtait encore s’il allait ou pas lui autoriser tout de suite le bâtiment C… Après tout il n’était pas encore certain qu’il lui obéisse bien. Mais vu la tête de mule qu’il était il coopérait encore plus lentement s’il était isolé dans une chambre durant des mois. Soit, il lui accorderait une semaine d’essaie dans le bâtiment C afin de voir s’il était réellement raisonnable ou s’il le simulait.

Sven avançait, encore et toujours jusqu’à atteindre le coin des secrets qui était bien caché dans la ville. Il invita Néo à entrer le premier puis l’accompagna au bâtiment C. Il ouvrit la porte et lui expliqua un
peu ce qu’il pouvait y faire :


"Ici tu trouveras pas mal de confort… Il y a des salles de détente, de gym, d’entrainement, une piscine, un billard, une bibliothèque et des cuisines. Bien évidemment il y a des chambres. Tu devrais retrouver la tienne assez facilement."

S’il ne reconnaitrait pas forcément ses anciennes affaires il pourrait au moins lire et voir son nom sur la porte… Bien maintenant qu’il était là Sven devait le briffer un peu :

"Tu as la semaine pour t’entrainer un peu, la semaine prochaine on passe aux choses sérieuses."

Il le fixa avant de lui demander :


"Ca va aller ? Des questions ?"


En tout cas avoir ramené Néo au bercail était une sacrée étape de faite. Un problème de moins et pas des moindres ! Enfin ce serait du travail de lui rendre ses aptitudes… Mais il comptait bien atteindre son but.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://raizenworld.forumactif.org
Néo Anderson
IAI fan de Matrix
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 26/08/2008

Possession/Don du personnage
Somme: 3 200 yen
Don: Soin / Feu
Arme(s): Bâton

MessageSujet: Re: A l'aube où blanchit la campagne, je partirais, vois-tu, je sais que tu m'attends... [PV Sven][clos]   Ven 26 Juin - 15:16

Il l'avait su à l'avance, qu'en appelant, il se jetait dans l'arène aux fauves. Mais il l'avait fait. Parce qu'il ne doutait pas une seconde qu'il aurait essayé du chantage pour obtenir ce qu'il voulait. Il l'avait clairement compris la fois précédente, quand il avait parlé de sa créatrice. Il devait faire attention à ne pas impliquer des innocents dans cette histoire... Au cas où. Et ceux qu'il avait croisé dans le passé n'était que des potentiels innocents dans cette histoire. Il fallait qu'il soit prudent. Ne pas se laisser marcher sur les pieds par Sven, mais surtout protéger les autres. Il n'avait aucune envie de les mettre inconsciemment en danger. Tout allait devenir si compliqué...

Retenant un soupir de lassitude, le jeune IAI eut envie de fuir... D'oublier ce passé qu'il ignorait, d'oublier cet avenir qui l'effrayait et lui donnait envie de fuir. Oublier qu'il n'avait rien d'humain, qu'il n'avait rien à faire dans ce monde... Bon sang, pourquoi avait-il fini ici, au final ? Les incarnés étaient considérés comme des monstres, sans l'être pour autant. Alors pourquoi avaient-ils finis ici ? Pourquoi ne pas retourner tranquillement sur Raizen... Secouant la tête pour chasser ses pensées, Néo se releva avant d'obéir sagement à Sven. Pourquoi fallait-il obéir ainsi ? Pourquoi ne pouvait-il pas vivre sereinement et tranquillement ? Sans ouvrir la bouche, le jeune Elfe le suivit, se laissant emporter par ses pensées trop nombreuses et trop complexes pour réussir à les laisser de côtés. Et puis inconsciemment, il cherchait à fuir ces angoisses qui le prenaient s'il pensait à son avenir aux mains de Sven.

Se laissant mener, le jeune être ne prêta pas la moindre attention au chemin qu'ils prenaient, pour ce rendre là où il devait y avoir une partie de ses souvenirs. En fait, il avait préféré se perdre dans un cheminement complexe sur des pensées stupidement simplistes pour ne pas trop réfléchir au futur qui l'attendait. Pas la peine de se faire du souci tout de suite pour des futilités. Il aurait suffisamment de temps quand il serait là-bas pour y penser. Pas la peine...

La voix de Sven finit par le sortir de ses pensées. Jetant un coup d'oeil sur les alentours, le jeune homme dut admettre qu'il n'avait pas la moindre idée d'où il était. Surement le fameux coin des secrets dont les rumeurs peuplaient les rues de Tokyo. Restait plus qu'à démêler le vrai du faux, retrouvé les souvenirs enfouis et pouvoir partir... Mais pour l'instant, il ne devait pas se leurrer. Le dernier point ne serait pas au programme tout de suite. Il fallait qu'il se rappelle. Les propos de Mina l'avait un peu inquiétés, et il tenait à dénouer cela avec ses sentiments.

Toujours sans broncher, le jeune incarné écouta en silence son interlocuteur qui lui décrivait le lieux. Il devait facilement retrouver sa chambre ? Tout serait une question de souvenirs... Ou alors il y avait un moyen de retrouver aisément la sienne, même sans mémoire. Enfin il verrait ça quand il serait seul. Il n'avait pas envie de se rappeler devant quelqu'un, et encore moins Sven. Son instinct lui criait que sinon, il ne pourrait pas continuer à jouer ce rôle qu'il allait faire le temps qu'il serait ici. Ecoutant sans rien dire, le jeune homme laissa Sven lui sortir tout son baratin. Le notant dans un coin de sa tête, le jeune Elfe se doutait fortement que "s'entrainer" ne serait pas son occupation première pour la journée. Il préférait voir ce qu'il y avait ici avant de s'atteler à cette tâche et puis voir sa "fameuse" chambre l'intriguait bien plus que ça.

"Je n'ai pas de questions..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'aube où blanchit la campagne, je partirais, vois-tu, je sais que tu m'attends... [PV Sven][clos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'aube où blanchit la campagne, je partirais, vois-tu, je sais que tu m'attends... [PV Sven][clos]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» campagne skaven
» MICHE DE CAMPAGNE EN COCOTTE.
» Une campagne d’alphabétisation, est-elle opportune maintenan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raizen World :: Tokyo :: L'ambassade IAI-
Sauter vers: