AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]

Aller en bas 
AuteurMessage
Warui Nataku
Opposant rusé
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 15/06/2009

Possession/Don du personnage
Somme: 200 000 yen
Don: /
Arme(s): /

MessageSujet: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Mer 1 Juil - 5:10



Dernière édition par Warui Nataku le Mar 7 Juil - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Nataku
Opposant rusé
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 15/06/2009

Possession/Don du personnage
Somme: 200 000 yen
Don: /
Arme(s): /

MessageSujet: Ce sera Néo ou Sven.   Mer 1 Juil - 5:17




Une vague de chaleur avait envahie Tôkyô. Les esprits s'échauffaient en même temps que les corps et partout les habitants cédaient à leurs différentes passions. Certains s'opposaient dans des luttes violentes, d'autres se laissaient aller à de douces tentations.
Hisae elle aussi aurait bien aimé s'abandonner à ce bel inconnu. Mais la situation semblait trop importante pour ne penser qu'à elle. L'avenir d'un de ses proches amis était peut être en jeu.


« Vous en êtes totalement certaine? »

Il lui posait cette question avec insistance. Encore, et encore et encore...

« Écoutez monsieur...
-Subaro. »


Elle releva les yeux en attendant la suite. Ce n'était sertes pas la première fois qu'elle rencontrait quelqu'un qui ne voulait pas dire son nom complet mais... elle se demandait tout simplement: « pourquoi? ».
Ce mystère rendit l'inconnu encore plus attirant. Elle dut faire un effort harassant pour continuer à lui résister.


« Monsieur Subaro je pense, après tout, connaître les personnes avec qui je travaille. Si je vous dit que je ne l'ai jamais vu, c'est que je ne l'ai jamais vu. »

Elle s'était efforcée de réciter son discours en fixant les carreaux gras du sol. Elle ne voulait surtout pas avoir à regarder l'homme jusqu'au plus profond de ses beaux yeux bruns.
Lui, la fixait désormais.
Elle était toute aussi belle que lui. Grande, élancée et au visage fin. Saburo savait que dans d'autres circonstances...
Mais pas ce matin là. Il devait rester distant, mystérieux, insondable.
Il regarda autour de lui et perdit de sa concentration.


« Bien, reprit-il calmement, alors je pense que je n'ai plus rien à faire ici. »

Il se relava et fouilla dans sa poche. Il en sortit une carte qu'il fit glisser le long du bar.

« Si vous le voyez, disons au détour d'une rue, vous n'aurez cas contacter ce numéro.
-C'est le votre! »


Elle s'était laissée emporter. Il été presque parti! De toute façon, elle n'appellerait pas. Elle voulait juste... savoir... juste... au cas où...

« C'est celui d'un homme en qui j'ai entièrement confiance. Il sera où me joindre, au cas où. »

*Au cas où...*



Nataku attrapa une guimauve dans laquelle il mordit avec allégresse.

*Ces guimauves!* Elles n'étaient que pures délices. Souples, douces mais aussi si légères...

« Il travaille bien ici. »

Nataku leva les yeux vers Saburo.

« Incroyable, tu as réussi à faire parler la serveuse? »

Le jeune homme sourit.

« Non. Figurez-vous qu'elle a essayé de m'embobiner mais je dois dire que ce n'était pas très malin de sa part de laisser la photo de l'employé du mois au coins du bar. »

Warui sourit.

« C'était lui?
-C'était lui.
-Tu crois qu'il est là dedans?
-Non je ne pense pas. La cuisine était assez visible et il ne semblait pas s'y trouvait... Je ne suis sûr de rien.
-Bien.
-Bien. J'y vais moi.
-Déjà! S'étonna Warui.
-J'ai du travail.
-Si tôt le matin?
-Oui. Des affaires urgentes.
-Il ne fait pas trop chaud pour ces affaires là?
-Non, jamais trop chaud. »


Subaro rit vaguement puis il attrapa son casque et s'approcha de l'Heretic Titanium, une moto noire aux reflets ors.
Warui ressentait une profonde gratitude pour le jeune homme. Il voulut lui dire. Il l'appela:


« Yamaguchi-gumi! Merci de t'être dérangé pour moi. Je n'oublie pas le geste.
-Je n'oublie pas ce que vous, vous avez fait pour mon père »


Précisa Saburo tout en mettant le contact.
Sa moto rugit, en projetant tout autour des trainées de poussière qui déformaient l'air chaud du matin.


« Alors qu'est-ce que vous allez faire? Vous allez demeurer ici, impassible, en fixant l'enseigne jusqu'au couché du jour?
-Parfaitement Saburo. »


Celui-ci se mit à rire.

« Alors vous êtes prêt à rester là, assis devant ce resto, en plein cagnard, juste pour rencontrer ce gamin?
-Lui ou un autre. »


Saburo fronça les sourcils.

« Je t'explique, dit lentement Nataku, c'est un IAI que je recherche. Alors de deux choses l'une: soit il a réussi à se maintenir sous le radar du maire sans faire de vague et à mener une vie à peu près normale; au quel cas, il passera par le restaurant pour prendre son service; ou alors, au contraire, j'arrive trop tard et Lovick, en plus de lui avoir mis la main dessus, fait surveiller ce lieu, à coût sûr.
-Pourquoi?
-Par accès de méfiance: de la paranoïa... En tous cas, s'il fait surveiller les environs, on lui signalera ma présence. Et peut être qu'enfin il daignera me témoigner un tant soit peu d'intérêt.
-Ça pourrait s'avérer dangereux.
-Pour qui?
-Vous êtes malade. »


Warui attrapa une nouvelle guimauve qui fondit peu à peu dans sa bouche. Elle adoucissait son attente.

« Mm... Alors, tu vois Saburo, quel que soit l'état actuel des choses, je ne peux que tomber sur l'une des deux seules personnes qui m'intéressent dans le tout Tôkyô. Lovick ou...
-Ou l'IAI.
-Ou l'IAI. »


Warui sourit franchement. La compagnie de Saburo lui était agréable, il voulait au moins le lui montrer; comme celui-ci était presque en train de partir.

« Si vous voulez mon avis, Warui-dono(*), vous feriez mieux de renter chez vous. Ce n'est plus de votre âge tout cela.
-C'est vrai. Bientôt 59ans. »


Tout en abaissant la visière de son casque, Saburo rétorqua:

« A d'autres... Et puis, il ne fait pas trop chaud pour ses affaires là?
-Jamais! »


Tout en posant son pied sur la pédale de kick Saburo nota: « le Bristol... drôle de nom tout de même pour Tôkyô ».

Puis, il démarra l'Heretic Titanium et disparu, dans un rugissement, qui fit trembler la terre.


Spoiler:
 


Dernière édition par Warui Nataku le Mar 7 Juil - 14:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raizen World
Conscience sans respect
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 24/04/2009

Possession/Don du personnage
Somme: 3200 yen
Don:
Arme(s):

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Ven 3 Juil - 18:22

Vais-je intervenir?

Résultat : 80


Hihihihi... Un 8 avec un 0... Intéressant... A un point prêt je t'aurai envoyé dans Raizen World... Tu peux t'estimer chanceux... Mais bientôt j'interviendrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néo Anderson
IAI fan de Matrix
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 26/08/2008

Possession/Don du personnage
Somme: 3 200 yen
Don: Soin / Feu
Arme(s): Bâton

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Dim 5 Juil - 20:19

La journée s’était écoulée lentement, lassante et longue selon le jeune incarné. Il avait profité d’un peu de temps libre dans sa fin d’après-midi pour faire une promenade. Diverses choses lui traînait en tête, il devait y faire le ménage et réfléchir sur certains détails qui l’agaçaient peu, mais le dérangeaient beaucoup.

La gaité de l’être qu’il était s’en était rapidement allé, ne laissant qu’un être froid et peu social. Il n’avait pas eu très envie de supporter les autres, alors il s’était isolé, préférant de loin la solitude à tous ces fanatiques de Sven. Décidément, il était bien loin de comprendre les autres IAI. Sa perception du monde avait-elle tant changé avec cette liberté qu’il avait eu ? Sûrement, c’était ce qu’il avait conclu. Malgré tout, cette solitude lui plaisait peu. Mais vers qui se tourner, à qui fier ses pensées, quand toutes ses paroles pouvaient être dites à Sven dans les secondes qui suivaient. Nul ne devait connaitre ses pensées, où son plan ne pourrait marcher.

Néo s’arrêta en soupirant. Sven y croyait dur comme fer, à ses mensonges. Il pensait réellement que son amnésie était du à une mauvaise rencontre qui lui avait fait perdre ses pensées et ses souvenirs. Autant qu’il court sur cette idée, cela n’en serait que plus simple pour le futur. Il fallait que Sven soit certain que Néo lui était fidèle. Il ne devait pas commencer à penser qu’il complotait pour retrouver une liberté totale. Car qu’importe les paroles qu’il pouvait entendre, sa vie n’avait plus cette liberté si chère à son cœur.

* Bon, comment m’y prendre réellement ?*

Il ne pouvait pas faire celui qui ne rentrait pas. Cela serait trop dangereux, pour ceux du Bristol, ceux qu’il était venu à apprécier. Non, il fallait un moyen plus drastique, plus radical et expéditif. Une chose qui ferait que Sven ne lui courre plus après et qu’il puisse commencer une nouvelle vie, tout en gardant un œil sur Sven. Il n’avait aucune confiance envers le maire. Il traficotait quelque chose, mais Néo ne parvenait pas à déterminer quoi exactement. Lui mettre des bâtons dans les roues seraient plaisants, surtout s’il ne pouvait savoir qui était en face. Néo ne se leurrait pas, une telle tâche ne pouvait être faite seul. Il devait trouver des gens qui l’aiderait. Et ce ne serait que mille fois plus complexe. Trouver de telles personnes seraient quasiment impossible. Il fallait qu’il soit contre l’ordre établi, et qu’il perçoivent la manipulation qui se cachait derrière le coin des secrets. Il faudrait aussi un coin sans identité et sans souci, où du monde pourrait passer sans que cela ne paraissent étrange. Un coin comme le Bristol, mais plus fréquenté, plus simple d’accès qu’un restaurant.

*Tiens, en parlant du Bristol, je me demande comment ils se débrouillent…*

Fallait-il qu’il y aille ? Ce serait dangereux, Sven pourrait encore plus aisément remonter à eux, et il n’avait pas envie de les mettre en danger. C’était des personnes qu’il appréciait et qu’il ne tenait pas à voir mourir par sa faute. Il devait commencer à préparer son plan de retraite. Un coin, un changement d’apparence serait les deux choses majeures… Ainsi que des papiers japonais… Et ce dernier point serait le plus dur. Il allait devoir ruser sur ce point-là… En même temps, Kyosuke l’avait pris pour un gamin… Cette idée mériterait d’être creuser en plus grande profondeur. Mais il faudrait quelqu’un pour faire un parent ou un ainé… A moins qu’il se fasse à peine plus âgé… 16-18 ans… C’était aussi une possibilité. S’il se rappelait bien, il n’était pas rare de trouver des lycéens ou des étudiants vivants sans famille.

Laissant ses pas le mener, le jeune homme eut un sourire bien nostalgique en s’apercevant que ses pieds l’avaient mené devant le Bristol. Il était toujours en vie, aucun doute qu’il avait survécu sans lui. Un fin sourire nostalgique sur ses lèvres, le jeune homme s’arrêta devant la façade du restaurant. Dommage qu’il ne puisse pas y retourner, il aimait bien ses compagnons de travail. Oui, c’était sur, ce monde lui manquerait. Peut-être reviendrait-il… une fois qu’il aura fini de peaufiner totalement son plan et de l’avoir mis à exécution. Il valait mieux ne pas leur faire espérer son retour. Ce ne serait que vaine attente. Il aimait cuisiner, mais sa vie ne s’arrêterait pas là.

Faisant demi-tour, le jeune homme croisa un homme assis à même le sol. Etrange idée que d’être ainsi installé. Mais il avait sûrement une multitude d’idée en tête, et une raison quelque part qui expliquait cet acte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Nataku
Opposant rusé
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 15/06/2009

Possession/Don du personnage
Somme: 200 000 yen
Don: /
Arme(s): /

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Lun 6 Juil - 18:05



Spoiler:
 

Milles lumières illuminèrent la rue et des centaines de personnes commencèrent à se presser d'un bout à l'autre de la route. Le soleil avait commencé à plonger derrière les immeubles du centre-ville, accordant enfin un peu de répit à Nataku. L'air frais du soir venait d'envahir Tôkyô et partout la chaleur écrasante de l'été s'atténuait pour créer une atmosphère douce et humide.
La plupart des tokyoïtes s'employaient à quitter leur travail. Une joyeuse foule venait partout rafraichir l'air austère qui s'était étendu, plus tôt.
Les violentes passions qui avaient enflammés la journée des habitants avaient cédé la place à de plaisantes rencontres nocturnes.
Le ciel s'assombrissait et avec lui tout Tôkyô renaissait.

Warui goûté pour la première fois, à un peu de réconfort, dans son aimable supplice. Il avait attendu toute la journée durant, ne s'accordant qu'une courte pause, à midi, pour aller déjeuner. Et encore, il avait mangé au Bristol.
La surface brûlante du trottoir avait été son seul repère. Sous le poids de l'attente, il s'était levé, avait fait les cent pas, il était allé s'adosser contre un mur, était allé regarder la télévision à travers une vitrine, toute au bout de la rue; il était resté debout des heures durant, fixant tout simplement le soleil, se demandant qu'elle heure il était ou encore ce qui se passait, en ce moment, à la mairie; mais toujours, il était revenu s'assoir sur ce bout de trottoir, ce même bout de trottoir, cet éternel bout de trottoir.

Il commençait à penser que peut être son travail était vein. Peut être que Néo ne se représenterait plus jamais ici. Peut être était-il allé avec Sven ou peut être Sven l'avait-il emmené de force.
Des légendes circulaient en ville. Ce n'était que des murmures bien sûr. Mais on disait que Lovick avait pris l'habitude d'enlever des IAI et de les emmener dans cet endroit secret, pour leur laver le cerveau. Une fois qu'ils en ressortaient, ils étaient bien sages et obéissant. "L'armée de Lovich", c'est comme cela que l'on appelait les IAI "reprogrammés".
Avec l'histoire de ce Neuro, Ninse avait confirmé les craintes du vieil homme.
Néo était-il désormais au service de lovick?


*Non. Impossible.*

Ça na se pouvait pas. Il ne le fallait pas.

"Nyorrrg!"

Nataku frappa sa tête de toutes ses forces. Pourquoi pensait-il à ce point à un simple IAI? L'intérêt avait viré à l'obsession. L'obsession avait viré à l'aliénation.

"Kutakuta(*1)!!!"

Warui mit ça sous le compte du soleil.
Il leva les yeux.


*Gutto(*2)!*

On l'observait.

Une mère de famille, en robe traditionnelle, et son jeune fils qu'elle tenait par la main, lui tiraient des yeux ronds d'incrédulité.


"Maman... Pourquoi... ?
-C'est un fou Ichiro. Ne lui parle surtout pas."


Elle entreprit une fuite.

"Ne le regarde même pas."

*Kuso(*3).*

Il faut dire que, dans le genre discret, on avait déjà fait mieux.
Au moins, il n'était pas à Shinjuku. Le quartier était petit et personne ne semblait se soucier de lui.


*Ouf.*

Il aurait bien perdu de sa crédibilité si les journalistes avaient eu vent de ce qu'il était en train de faire.
Enfin le jeu en valait la chandelle, Nataku en été convaincu.

C'est en tournant nonchalamment la tête qu'il le vit. Un jeune garçon, cheveux ébènes, qui regardait fixement le Bristol. Nul place pour le doute. Nataku savait que c'était lui.
Que faire maintenant? Aller lui parler? Rester là en retraite jusqu'à ce qu'il le voit?

Il inspira longuement pour retrouvait ses esprits et toute sa concentration. Il y avait une entrée en matière qui serait des plus simples. Néo était forcément là pour prendre son service, donc il suffirait d'attendre qu'il entre et les serveuses lui parleront de lui. Oui, elles l'avaient forcément remarqué.
Furieux ou intimidé, Néo viendrait alors le voir. Nataku aurait tout le loisir de lui parler à ce moement là.

Il sourit, son plan était peut être déconcertant mais faire simple ne lui allait pas. Il devait toujours enterer en scène de façon originale. C'était pour faire une forte impression avant même d'avoir eu à parler et...


Néo le regardait. Il avait fait volte face et désormais il le fixait.

*Qu'est-ce que...?*

Un frisbe fendit l'air et un jeune homme l'intercepta, se positionnant devant l'IAI.

"Bien lancé Itomi. Tu vois que tu y arrives?"

Une petite fille lui sauta dans les bras. Elle lui déclara avec enthousiasme:

"Mais c'est grâce à toi Teijo. C'est bien toi qui ma l'as appris."

Tous deux rirent gaiement.

Nataku attrapa son sac en papier et son attaché-case. Il bondit sur la route et s'avança en direction de la scène. Où était passé Néo? Était-il parti? Il ne pouvait plus le voir.

"Allez viens Itomi, rentrons à la maison. Papa nous a sûrement préparé un bon repas."

Les deux gamins s'en allèrent enfin. Deux yeux d'un bleu profond se posèrent de nouveaux sur Warui.
Celui-ci s'arrêta net. Il se sentait si étrange. Quelque chose en lui venait de changer. Quelque chose d'important.
Un sentiment puissant...


*Un sentiment...*

Il avait l'impression de retrouver un ami, un fils, quelqu'un qu'il avait perdu depuis si longtemps.
Il eut envie de ne rien dire. Tout ce qu'il souhaitait désormais c'était rester là, au milieu de la rue, à regarder toute l'innocence de ce visage. A partager un moment de sa vie. Partager pour de vrai.
Il aurait toujours voulut ressentir ce qu'il ressentait à présent, il aurait voulu arrêter le temps, s'approprier cet instant... Mais seulement voilà, le garçon le regardait toujours. Et il commençait visiblement à se sentir mal à l'aise.


*Bon, tant pis, pour l'entrée en matière.*

Au moment d'ouvrir la bouche, Warui sentit un nœud dans son estomac. Il était tellement nerveux. C'était si étrange cette sensation. Il surmonta sa peur:

"Otokonoko(*4)! Tu en veux?"

Comme le regard de Néo devenait de plus en plus difficile à maintenir, Nataku s'inclina poliment et il tendit au jeune homme le sac en papier qu'il trimballait depuis ce matin.

"Le serveur du dernier restaurant dans lequel j'ai mangé s'est vraiment montrer horrible dans son travail. J'ai gardé son pourboire et je me suis offert quelques bonbons avec."

Il se releva et il ne put s'empêcher de sourire en voyant se décomposer le visage de Néo. Il n'avait visiblement pas l'air convaincu.

"Les confiseries de chez Nyannyan(*5) sont vraiment trop délicieuses mais je n'arriverais pas à les finir tout seul. Il y en a bien trop."

Pour la toute première fois de sa vis, Nataku se sentit gèné. Il avait l'air si idiot. Les mots sortaient de sa bouche mais sans même qu'il ne puisse les contrôler. Il voulait à tous prix faire une bonne impression à Néo. Pourquoi devait-il toujours en faire des tonnes? Il aurait pu se contenter de dire « bonjour », d'aller droit au but. Au lieu de cela, il était en train de passer pour un fou.
Tant pis, il était allé trop loin. Il continua, mais en tentant de ne plus pensait à ce qu'il faisait.
Pour une fois dans toute sa vie il se souciait de ce qu'un autre pensait de lui. C'est bête mais il ne voulait pas le décevoir. Il voulait juste l'aider, lui paraître... gentil.


"Allez prends-en, dit-il avec un grand sourire. Ne sois pas si formel. Je te promes qu'il sont vraiment délicieux."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néo Anderson
IAI fan de Matrix
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 26/08/2008

Possession/Don du personnage
Somme: 3 200 yen
Don: Soin / Feu
Arme(s): Bâton

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Lun 6 Juil - 23:56

Debout devant le Bristol, l’ancien cuisinier ne pouvait se décider à rentrer dans le restaurant. Parce qu’il était parti sur de fausses excuses, et qu’il était plus simple qu’ils pensent qu’il ne reviendrait pas. Les revoir n’auraient fait que lui montrer davantage ce qu’il avait du mettre de côté pour Sven. Non, ce ne serait que le rendre plus nostalgique d’avant. Nostalgique de ce moment où il pouvait faire ce qu’il aimait, inconscient des dangers réels d’être un incarné dans ce monde. C’était encore le bon moment pour être inconscient… Maintenant, il fallait réfléchir à tous ses actes. Laisser Sven penser une chose qui était fausse, mais tout en étant crédible. Etre totalement acteur. Ne pas laisser filtrer ses pensées, ce ne serait que s’exposer inutilement au danger.

Se retournant pour partir avant d’être aperçu par ses anciens compagnons de travail, le jeune homme croisa le regard avec un homme plus âgé, avachi à même le sol. Un peu étonné, le jeune homme ne comptait pas lui prêté une plus grande attention que cela. Il n’avait rien à voir avec un incarné, et de toute manière il ne tenait pas à être vu avec… Sven lui casserait la tête pour ne pas l’avoir amené, et il ne comptait pas emmener le moindre incarné dans ce lieu. Plutôt les préserver. Mais comment ? Seul il ne pourrait lutter contre Sven, et les autres… les incarnés étaient tombés sous le charisme du maire. Et les humains… Lesquels prendraient la petite pilule rouge comme Kyosuke ? Non, il ne fallait pas se leurrer, les humains se moquaient bien de leur avenir… Et les incarnés étaient quasiment tous sous le joug de Sven. Les protéger devenait bien complexe… Voir infaisable.

Ce fut un mouvement brusque et rapide à ses côté qui le fit relever la tête et sortir de ses pensées. Deux gamins jouant, près de lui. Dire qu’il avait failli se faire agresser par un jeu… Bah… Ils avaient l’air si insouciants, si sereins et si heureux, qu’il ne pouvait pas leur en vouloir. Ils s’amusaient comme des gamins, comme ce qu’on leur empêchait de faire. Pourquoi ne pas s’amuser ainsi, pourquoi devoir rester constamment méfiant et incertain sur ce que l’avenir leur réservait. Pourquoi fallait-il que les humains les regardent bizarrement, pourquoi fallait-il qu’ils soient considérés comme des bêtes de foire ? Si seulement… Si seulement les humains étaient moins sots, plus intéressé par ce problème. Mais que certains disparaissent ne semblaient pas être une chose dramatique. Si seulement ca pouvait être Sven, ce serait plaisant… Tant que son successeur soit plus ouvert d’esprit.

Relevant son regard, le jeune adolescent s’aperçut que les deux gamins étaient partis, laissant la place à l’homme qu’il avait aperçut à quelques mètres de lui auparavant. Il avait profité de ces quelques minutes pour se rapprocher. Retenant un soupir de lassitude, le jeune incarné se demanda pendant quelques secondes qui il était et ce qu’il lui voulait. Surement quelqu’un venant de la part de Sven. Après tout, qui d’autres l’attendrait ainsi devant le Bristol. Car l’idée que l’homme veuille autre chose ne semblait pas possible. Rien que le fait qu’il l’ait attendu à cet endroit précis, qu’il ne puisse décrocher son regard du sien. Non, trop de petits trucs qui le faisait avoir une puce à l’oreille.
Il connaissait parfaitement son rôle. Il l’avait joué tant de fois qu’il le connaissait, sans pour autant l’aimer.

Toujours en observant l’homme qui lui faisait face, le jeune Néo le surveillait, tout en faisant réfléchir ses méninges. Ainsi, Sven avait aucune confiance en eux. Soit, ce constat ne ferait que compliquer ses idées. S’il était constamment sous surveillance, comment pourrait-il mener ses idées à bien ? Tout cela ne serait que plus compliqué. Mais il ne pouvait pas baisser les bras. Pas maintenant, pas avant d’avoir essayé. Tant pis si c’était infaisable, si c’était se mener droit dans les ennuis des plus immenses, il fallait qu’il le fasse. Parce que jamais il ne voudrait se retrouver pieds et poings liés à Sven.

Le regard sceptique, Néo regarda le paquet qui se trouvait sous son nez… Rien qu’à l’odeur, il aurait craqué sur les bonbons. Mais il ne fallait pas. Qu’importe l’envie, ce serait trop dangereux de sympathiser avec l’ennemi. Bon, premièrement, ne pas penser au sac de bonbons qui lui tendait les bras en l’appelant gentiment. On ne savait s’il avait empoisonné les bonbons, ou autres idées tordues…

 « Non merci m’sieur. »

L’écoutant déblatéré sur sa vie et sur les serveurs de restaurant, le jeune homme réfléchissait à ce qu’il pouvait faire avec cet être. Il était étrange, sur cela, aucun doute n’était possible. Mais ce n’était pas que cette petite extravagance qui dérangeait l’adolescent. L’autre avait une idée derrière la tête. Laquelle exactement, il ne pouvait pas le dire. Juste que ce plan pouvait être mauvais signe pour lui. Si jamais Sven se mêlait de ce qui ne le regardait pas, il y aurait des difficultés dans toutes ses actions futures. Mais il devait mettre de côté ce problème. Ne pas y penser n’était que la meilleure des solutions.
L’air des plus sceptique quant à la prestation des plus ratés de son aîné, le jeune homme se demanda durant quelques secondes pourquoi il restait devant cet énergumène. Se tâtant à partir dans l’autre sens, le jeune homme n’eut pas le temps d’examiner davantage cette idée qu’il avait un paquet de bonbons sous le nez pour cela. Franchement, ils avaient quoi ces fameux bonbons qu’il voulait à tout pris lui refiler ? Sentant que s’il n’en prenait pas un, il serait poursuivi par cet être, il fini par accepter et en prendre un, le regardant un peu trop sous toutes les coutures, comme pour l’analyser.

« Z’êtes qui au juste ? »

La question était des plus directes. Car il tenait à savoir qui et pour qui il travaillait, même s’il était quasiment certain que Sven était son patron. Après tout, Mina l’avait vu avec des bonbons et il avait voulu la convertir, mais avait malencontreusement échoué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Nataku
Opposant rusé
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 15/06/2009

Possession/Don du personnage
Somme: 200 000 yen
Don: /
Arme(s): /

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Jeu 9 Juil - 19:26

En voyant Néo remuer ce bonbon, l'examiner sous toutes les coutures, refuser même de l'approcher de sa bouche, Nataku ressentit quelque chose. Une sensation étrange qui monter en lui, comme un sentiment depuis ltrop ongtemps refoulé; comme si un flot d'émotions inexprimées l'envahissait petit à petit.
Il était... littéralement sur le point d'exploser.
Il essaya malgré tout de se contenir. Mais ses derniers efforts annihilés, il se sentit sursauté. Une fois, puis deux, puis une autre petite fois encore. De vagues courants d'airs venaient allègrement chatouiller ses narines.
Il était en train de rire... Il riait! Il riait de bon cœur. Pour de vrai! Cela faisait tellement de bien!
Il ne se moquait pas de Néo. Non. Au contraire. Il s'était laissé entrainé dans profonde euphorie, au moment où il avait constaté toute l'innocence du jeune garçon.
Pensait-il vraiment que les bonbons étaient empoisonnés?

Le vieil homme reprit difficilement son souffle. Mais il constata avec ennui que Néo, lui, ne riait pas. Pas du tout même.
Quel personnage étrange! Malgré son jeune âge il paraissait si froid et si distant. Il avait l'air si sublime, au dessus des simples sentiments humains, mais aussi si pitoyable, perdu dans une nuit d'éternelle contenance.
Pour une fois, Nataku ne cherchait pas ce qu'il convenait de dire dire ou encore quelle était la meilleur chose à faire. Il agit tout simplement en suivant son instinct, sans réfléchir à aucun moment. La phrase qui suivit n'avait l'air de rien en elle même, mais elle représentait tellement pour lui. Elle était la toute première qu'il disait sans, pour autant, y avoir pensé. Elle était la toute première phrase sincère de sa vie...


" Je te trouve vraiment ridicule... Qu'est-ce qu'il y a? Ils ne te plaisent ? "

Mais au même moment Néo avait entreprit de lui poser cette sempiternelle question:

"Z'êtes qui au juste?"

*Difficile à dire garçon, même pour moi.*

"Je m'appelle Warui Nataku, maire de l'administration de..."

Nataku s'arrêta peu à peu,sans même s'en rendre compte.
Il observait Néo droit dans les yeux. Ses yeux d'un bleu outremer.
C'était peut être de la froideur qu'il essayait de dégager. Il y avait tant de froideur en eux. Mais elle semblait cacher quelque chose d'autre. Comme si, en fait, l'apparente indifférence du garçon s'efforçait de masquer une peine infinie. Une tristesse inavouable... Quelle tristesse?
Warui fut alors pris du'un élan de compassion. Il voulait désormais aider Néo. Pourquoi? Sans raison peut être. En tous cas, il n'aurait su l'expliquer. Son désir était de l'aider à surmonter sa souffrance. Il avait l'air perdu. Peut être que sa peine était due au fait de n'avoir aucun repère, de ne pas savoir que faire ni même vers qui se tourner. Après tout il été amnésique. Et peut être n'avait-il plus personne vers qui se tourner. Il ne savait probablement plus qui il était, lui même.
Comme Nataku comprenait sa détresse! Il eu envie de l'aider. De lui apporter un peu de lumière, un peu de vérité, dans cette obscure monde, bâti sur le mensonge.


"Ton regard est touchant, lui dit-il. On dirait celui d'un enfant perdu."

Pendant un instant il ne dit plus rien. Le monde lui avait donné l'impression de s'être arrêté dans sa course. Cependant, il ne prit pas le rique d'attendre un réponse de la part de Néo.

"Je te comprend. Jadis, moi aussi j'étais comme toi, tu sais?"

*Jadis? Avais-je vraiment changé?*

"Tu sais quoi, je crois qu'à toi, je peux te dire la vérité."

Une dernière hésitation, puis Nataku commença sa longue et pénible histoire:

"C'est vrai. La plupart des gens de Tôkyô me connaissent sous le nom de Warui Nataku. Mais ce n'est pas le mien.
Non, mon vrai nom, je ne l'ai jamais dit à personne pour la simple et bonne raison que je ne le connait pas. Je ne m'en souviens plus. Il fait parti d'un passé qui n'est plus le mien.
Les gens ont commencé à m'appeler Nai-tamae Koshiyowa."


Nataku se mordit la lèvre mais il continua avec douleur:

"C'est l'un de mes sobriquet, parmi les moins flatteur.
Tu vois, la vérité c'est que je ne sais pas qui je suis... En revanche, je sais qui tu es."


Sur ces mots, Warui sembla reprendre ses esprits. Il tenta attrapa son attache-case. Mais le paquetr de bonbons le génait. Il hésita un instant puis il le posa sans réfléchir dans les mains de Néo.

"Tiens moi le au moins."

Son attache-case ouverte, il en sortit un dossier qu'il commençait à feuilleter. La photo de Néo était épinglée sur sa couverture.

"Je vais être totalement franc avec toi Néo-kun, cette rencontre n'est pas tout à fait fortuite. Je l'ai provoquée parce que je désirais te parler. Mais j'estime ne pas pouvoir le faire si je ne suis pas totalement franc avec toi.
Comprend moi j'ai l'habitude de mentir et d'ordinaire tout le monde me croit, mais je ne veux pas te mentir à toi.
C'est pourquoi je vais te donner ça."


Il commença à lire d'une voix hésitante:

"Nom de famille: Anderson
Prénom: Néo
Particularité: Amnésique
IAI RP: A001; incarné le 26 Août 2008
Origine: Inconnue
Race: Grand Elfe
Pouvoir: Feu et Soin qui laisse à désirer
Taille et poids inconnues
Apparence: celle d'un enfant."


Nataku leva encore une fois les yeux sur Néo, puis il continua.

"Quartier: Ôtaku
Couverture: Chef-cuisinnier...
Ici, figure aussi ton adresse ainsi que celle du Bristol."


Nataku dut encore s'arrêter. Comme s'il appréhendait la réaction du jeune incarné. Comme s'il avait peur que celui-ci n'explose soudainement et décide de ne plus rien écouter.
Mais un sourire bienveillant se dessina sur les lèvre de Warui.


"Ce pauvre Sven est tellement occupé à renforcer la sécurité de son précieux petit complexe de recherches, qu'il n'a, sans doute, même pas remarqué la taupe que j'avais placé sous son nez à l'ambassade. J'ai pu m'y procurer pas mal d'informations. Mes services ont fait le reste.
C'est comme ça que je t'ai retrouvé Néo-kun. Tu étais le seul IAI à avoir obtenu des papiers officiels. Tu étais le plus simple à tracer.
Toutes ces informations que j'ai récoltées sur toi, ce n'était que dans un seul but: celui de te retrouver... C'est maintenant chose faite."


Il tendit alors le dossier à Néo.

"Il n'y a pas de copie, je n'en ai plus besoin. Tu peux le garder, le brûler, le détruire, je n'en ai que faire. Ce que je voulais ce n'était pas te surveiller. C'était t'approcher.
Il fallait que je t'approche que pouvoir te protéger de ce Sven Lovick et de ce qu'il fait aux IAI."


Warui referma son attache-case. Il commença à faire quelques pas, puis il invita le garçon à le suivre.

"Dis-moi Néo-kun, as-tu déjà entendu parler de mon programme?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néo Anderson
IAI fan de Matrix
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 26/08/2008

Possession/Don du personnage
Somme: 3 200 yen
Don: Soin / Feu
Arme(s): Bâton

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Jeu 9 Juil - 22:14

Le jeune homme retint un soupir. Décidément, il ne pouvait pas faire confiance à cette personne. Même le bonbon ne l’attirait pas les moindres du monde. Il n’avait aucune confiance. Il ne pouvait pas lui accorder la moindre confiance, parce qu’il travaillait pour Sven. Il n’avait aucune raison qu’il laisse tomber son masque. Sinon Sven ne ferait que s’en servir un peu plus contre lui.

Le rire de son interlocuteur le fit lever un sourire encore plus sceptique quant à sa santé mentale. Rire ainsi pour si peu, n’avait rien de rassurant. C’était si adorable de le voir ainsi, se moquer gaiment de lui, qui ne tenait pas à lui accorder la moindre confiance. Vraiment, c’était sa veine, d’être ici, avec cet énergumène. Lâchant un soupir de lassitude, le jeune homme n’avait plus qu’une seule envie. Partir dans l’autre sens. Après tout, traîner avec lui ne lui servirait à rien. Que lui apprendrait-il de beau ? Sven ne lui faisait pas confiance ? Comme c’était peu surprenant. Le contraire l’étonnerait plus qu’autre chose.

Le regardant sans bronché, le jeune Elfe laissa son regard croisé celui de son interlocuteur. Il avait l’air de n’avoir peur de pas grand-chose, et surement pas de dire son avis en entier. Etrange être. Mais ce n’était pas pour autant qu’il lui faisait confiance. Il n’était pas fou. Il n’avait aucune idée de qui c’était, de ce qu’il devait dire avec, pour ne pas s’attirer d’ennui. Non, il n’avait pas envie de lui dire la moindre confidence. Ce n’était pas avec un nom inconnu qu’il irait bien loin. Secouant vainement la tête, le jeune adolescent se demanda ce qu’il fichait là.

Sans détourner la tête, l’Elfe croisa le regard de son interlocuteur. Il n’avait aucune envie de continuer à rester là. Cet être devait travailler pour Sven, et fournir des informations au maire le concernant ne lui plaisait absolument pas. Il préférait que l’autre ignore ses centres d’intérêts et ses occupations premières. Non, Sven ne devait pas apprendre qu’il avait ce fichu sentiment de nostalgie. Ce sentiment qui l’avait mené ici, à trois pas du Bristol. Il savait que c’était stupide et affligeant par le manque de réflexion. Mais il avait eu besoin de voir, de s’assurer que les autres allaient bien. Une dernière fois… Mais c’était une erreur.

Avant qu’il n’eut le temps de faire la moindre remarque sur les paroles de son interlocuteur, concernant son regard, l’enfant l’entendit repartir sur sa lancer. Décidément, il était d’un bavard. Et parlait assez aisément de lui. Même si cela ne l’aidait pas à rassembler les pièces du puzzle. Détournant son regard, pour ne plus entendre de bêtise sur un air de soi-disant gamin perdu, le dit-enfant préféra ne pas donné cette chance. Peut-être parce qu’au fond, Nataku n’avait pas visé si mal. Qu’il y avait un fond de vérité dans ses paroles, et c’était bien ce qui le dérangeait. Car si un étranger s’en apercevait, Sven aussi le verrait. Non, ce n’était pas bon comme type de crainte.

Ecoutant d’une oreille peu attentive, le jeune garçon laissait ses pensées davantage occuper sa tête que les paroles de son interlocuteur. Il lisait un peu trop en lui pour que cela lui plaise. Le plutôt il partirait, le mieux ce serait. Au moins, Sven apprendrait moins de choses sur lui. Peu attentif, ce fut la phrase le concernant qui le fit reprendre pied avec la réalité. Il le connaissait… Pourquoi tant de gens lui sortait-ça ? D’abord Lovick, maintenant lui… Seulement, il était sur que l’autre ne lui rappelait rien. Pas faute d’avoir recomposer une bonne partie de ses souvenirs. Ou d’avoir arranger certains. Se retrouvant avec un paquet de bonbons en mains, l’Elfe haussa des épaules sans rien ajouté. Il n’y comprenait plus rien. Quoique cela n’aurait pas été si étonnant que Sven parle des IAI à ceux qui les surveillaient. Oui, histoire qu’ils savent à quoi s’attendre.

L’écoutant parlé, Néo eut un pâle sourire. Si, il y avait une bonne part de chance dans cette rencontre. Ou plutôt de malchance… Quoique… C’était bizarre. S’il bossait pour Sven, pourquoi chercherait-il à le rencontre ? Là, il y avait un souci dans l’énoncé. Restait plus qu’à trouver la faute. Laissant son regard sceptique posé sur lui, le jeune homme l’écouta. Normalement, hypothétiquement parlant, l’homme ne lui mentirait pas. Mais qu’est-ce qui pouvait le confirmer ? Ou l’infirmer au contraire ? Rien. L’écoutant sortir sa vie, le jeune homme fut surpris par le léger retard sur les informations. Sven était bizarre… Pourquoi ne pas avoir mis à jour les informations de l’homme ? Manque de temps ?

« Vos informations sont pas très à jour… »

La suite du discours l’étonna. Là, il lui manquait une grosse pièce. Il bossait pour Sven et parlait ainsi de son patron ? Non, c’était capilotracté comme théorie. Et cela ne faisait que renforcé les doutes qu’il avait commencé à mettre dans la tête de l’incarné. C’était qui ce gars au final ?

« Attendez, vous travaillez pas pour Lovick ? »

Nan, c’était pas possible… Il y avait anguille sous roche quelque part. L’écoutant parlé, les paroles n’eurent pas d’effet sur lui, puisque cela ne l’étonnait en rien. En fait, ça lui paraissait même plutôt logique. Regardant le dossier qu’on lui tendait, le jeune homme le saisit, tout en conservant le paquet de bonbons. Il faudrait qu’il s’en débarrasse correctement… Mais il savait comment il s’y prendrait. Le regardant, le jeune Elfe eut un sourire désabusé.

« Vous êtes en retard… »

Le regardant, l’Elfe le vit s’éloigner. Curieux, car il avait laissé tant de choses sortir qui était intrigante, Néo le suivit, tout en hochant négativement de la tête. Non, Même Sven n’en avait pas connaissance… Alors lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Nataku
Opposant rusé
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 15/06/2009

Possession/Don du personnage
Somme: 200 000 yen
Don: /
Arme(s): /

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Ven 10 Juil - 15:47

Une phrase retint l'attention de Warui.

"Attendez, vous ne travaillez pas pour Sven?"

Le vieil homme se stoppa et puis il baissa les yeux, l'air atteint. C'était-il vraiment aussi mal présenté?

Au moment où Néo feilleta le dossier, une autre de ses phrase vint s'ajouter aux réflexions de Nataku.

"Vous êtes en retard..."
*En retard pourquoi?*


Il préféra laisser cette dernière phrase de côté afin de se concentrer sur la question du jeune elfe.
Mais il faut dire qu'elle l'amuser assez. Lui, Warui qui travaillait pour Sven Lovick! Néo n'avait-il donc pas la télévision.
Nataku fit de grands gestes avec ses mains, comme pour s'assurer qu'il n'y avait aucun malentendu.


"Tu... enfin, tu crois vraiment que je... moi?"

Il réfléchit une seconde, comment prouver son engagement politique?

*Ettttttttt Bingo!*

Il attrapa encore une fois son attache-case; en sortit une revue datée de la veille.

"Bien, dit-il, si tu y tiens, reprenons tout depuis le début..."

La mine un peu rabougrie, il entreprit de lire le magazine. Comme ça, d'une voix machinale.

"Warui Nataku-kin -c'est moi... enfin en le nom que j'utilise pour... enfin je t'ai déjà expliqué ça, je crois-. Donc: Warui Nataku-kin. Ce gamin de Tôhoku -c'est dans le nord du Japon- qui a réussi (qui ne le sait pas encore?) l'incroyble pari de battre madame Nakayama Hiroko, l'ancienne maire, aux élections de 2005, pour le trône de Shinjuku.
Mais qui sait aujourd'hui qui il est réellement?
Comment ce petit mioche de la campagne a-t-il pu parvenir à s'imposer en ville et même a devenir le maire de l'arrondissement le plus important de Tôkyô?"


Nataku s'arrêta et il fixa Néo. Il n'avait pas franchement l'air convaincu.

"Oui, oui enfin, cette partie n'est paas franchement... euh, sautons quelques lignes et alors... nous devrions.... Ah!... Voilà...
Mais revenons ensemble sur son combat contre le Tôcho...-le Tôcho, c'est la mairie de Sven, son administration si tu veux-.
Cela ne fait que quelques mois que Warui-kin s'est posé en fervant défenceur de l'idéal social-démocrate japonais et pourtant, cela à suffit à crédibiliser sa canditature au poste de directeur du Shakai Minshutô: le parti social démocrate japonas.
Son cheval de bataille? L'autonomie des différentes kugikai -blablabla...- la création d'un salaire minimum tokyoïte -blablabla..., à voilà- mais surtout, ce qui a distingué ce personnage parmis tous les candidats, c'est sa farouche opposition au maire: Lovick Sven-kin, sur le sujet le plus brûlant du moment: Rayzen World
."


Nataku s'arrêta un instant. Il avait là la preuve que Nataku était opposé à Sven. Que non seulement il ne travaillait pas pour lui, mais qu'en plus, il était bien décidé à lui mettre des bâtons dans les roues.
Il sourit et recommença à marcher en lançant à Néo un
"suis-moi" amical.

"Je vais continuer un peu, d'accord?
Ce qui oppose le maire et son ennemi mortel, c'est surtout la politique totalement ermétique de ce premier. Warui-kin accuse: "si le maire ne mène aucune action qui soit totalement transparante, c'est qu'il a forcément quelque chose a cacher. Trop de fois déjà, je lui ai reproché sa passivité face à la prolifération des IAI, mais je comprnd maintenant cette stratégie.
-Vous comprenez?
-Oui, si les IAI étaient pris en charge dès leur arrivée à Tôkyô, si des organismes officiels autre qu'une pseudo-ambasade, (machine à papiers à peu près normaux) étaient là pour s'occuper d'eux, pour les aider à s'inserrer, alors Lovick n'aurait plus aucun contrôle sur eux. Il n'y aurait plus d'IAI. Il n'y aurait plus que des tokyoïtes. Des gens ordinaires, comme les autres. Mais en ne créant pas d'infrastructure convenable, Lovick obligent les inccarnés à se cacher, à vivre en marge, à l'écart des autres, dans l'ombre. Et dans l'ombre, il peut les contraindre à faire tout ce qu'il veut..."


Nataku baissa les yeux et ne dit plus rien.
Il semblait réfléchir à quelque chose de profond.


"Tu vois Néo-kun, je ne travaille pas pour Lovick. Au contraire, je travail à le détruire..."

Il hésita puis reprit.

"Peut être que c'est idiot, mais il y a de plus en plus d'IAI qui disparaissent pour réapparaître ensuite -comment dire?- changés. Ce que je crois c'est que si l'on "force les IAI à se montrer plutôt qu'à se cacher, ils finiront par s'intégrer à Tôkyô et qu'alors Lovick ne pourra plus rien contre eux.
Oh, bien sûr je suis réaliste. Je sais que tant que le maire sera au pouvoir, ce serait trop dangeureux pour les incarnés de se montrer.
La seule solution pour moi est d'aller chercher les IAI un par un, de les prévenir de la menace que représente Lovick et son ambassade, de leur montrer qu'ils ne sont pas seuls, de les aaider à vivre à peu près normalement... en attendant ce jour où Lovick laissera enfin sa place et où un maire digne de ce nom prendra la tête du Tôccho. En attendant le jour où plus aucun incarné n'aura à vivre dans les bafonds de la ville. En attendant le jour où ils deviendront comme tous les autres.
Est-ce que tu n'es pas d'accord avec moi Néo-kun?"


Encore une fois, Nataku s'arrêta et il fixa Néo droit dans les yeux.

"Je suis ici pour toi, pour te protéger de Lovick. Mais disxa le jeune elfe droit dans les yeux. moi un mot et alors je partirai. Je ne veux contraindre aucun IAI à choisir de s'opposer au maire. Ce lutte contre Lovick, c'est votre combat plus que le mien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néo Anderson
IAI fan de Matrix
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 26/08/2008

Possession/Don du personnage
Somme: 3 200 yen
Don: Soin / Feu
Arme(s): Bâton

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Ven 10 Juil - 23:23

L’air peiné de son interlocuteur quand il posa sa question le laissa pensif. Se faisait-il manipuler ou non ? C’était la question à laquelle il ne pouvait pas répondre et elle le dérangeait beaucoup. Après tout, s’il lui faisait confiance alors qu’il travaillait pour Sven, c’est lui qui se ferait avoir à la fin. Non, Lovick ne devait pas l’apprendre, sinon il s’en prendrait à sa créatrice et à ceux du Bristol. Où Sven ferait en sorte de le manipuler un peu plus. Il ne doutait pas la moindre seconde que l’homme le ferait chanter si le besoin s’en faisait ressentir. Mais l’homme devant lui ? Aiderait-il réellement Sven ou non ? La était toute la question.

Néo n’avait aucune idée. Certes, le visage qu’il avait fait lors de sa remarque avait été trop rapide, trop rempli pour qu’il soit faux. Mais il ne savait pas. L’envie de protéger ceux qu’il appréciait le rendait à la limite de la paranoïa. Il n’arrivait pas à réfléchir. Il ignorait encore trop de choses, et savait que Nataku ne pouvait pas avoir sa confiance. Certes, ces paroles l’intriguaient énormément et une part de lui voulait croire qu’il pouvait lui faire confiance. Mais il ne pouvait pas. Au cas où il lui mente. Il ne pouvait pas mettre les autres en danger. Il lui avait fait comprendre qu’il avait des informations sur lui, et sur ceux qu’il affectionnait. Non, c’était trop dangereux de lui accorder sa confiance. Il fallait qu’il s’en assure. Mais il ne pouvait pas en parler directement à Sven. Il se poserait trop de questions et en poserait surement que trop au jeune Elfe.

Ecoutant l’humain, l’incarné réfléchissait. Il était sceptique, il ne savait pas s’il devait croire ce qu’il entendait ou non. C’était un poil trop tiré par les cheveux selon le jeune être qu’il était. Franchement, ca l’étonnait que Sven n’ait pas cherché à le faire taire. Après tout, il n’en restait pas moins un opposant. Non, Sven n’aurait jamais prit ce risque là. Il avait l’impression que quelque chose d’étrange n’allait pas avec ce qu’il se rappelait de Sven. A moins que ce soit que les activités de l’homme était trop récente. Mais à ne pas en douter, s’il se comportait ainsi, Sven allait s’intéresser à lui très fortement. Et cela ne l’aiderait pas énormément dans ses futurs projets.

Le regardant reprendre sa route, Néo le suivit lentement. Il ne savait pas réellement sur quel pied danser avec cet être et c’était ce qui le dérangeait le plus. L’écoutant sans broncher, Néo continuait plus à réfléchir jusqu’où il pouvait escompter lui faire confiance, le croire. Il savait qu’une grande partie des informations qu’il avait en tête ne pouvait pas être partagé. Sven ne devait pas l’apprendre, sans quoi tout serait fichu. Il ne fallait pas qu’il se doute le moindre du monde qu’il avait l’idée de délaisser la personne connue sous l’identité de Néo Anderson, pour un autre. Il n’avait pas encore d’idée fixe, si ce n’était qu’il comptait changer son apparence, en essayant de se rajeunir, pour perdre Sven quelques temps. Il savait qu’il ne pourrait le tromper définitivement, sauf s’il apparaissait comme mort, ce qui serait une mise en place trop complexe à faire.

Laissant son regard erré sur son interlocuteur, Néo prit la parole. Le ton froid, l’Elfe laissait place à une dureté dans ses paroles sans le moindre remords.  « Songez ne serait-ce qu’une fois à me dénoncer et je me ferais une joie de vous tuer dans les pires supplices imaginables. » Il avait été froid et direct. Mais il s’agissait d’une mise en garde. L’homme l’intriguait trop pour qu’il se laisse manipuler. Mais il ne pouvait pas prendre le risque de se faire avoir. Ses paroles lui donneraient un peu de réflexions s’il avait l’idée de le faire. Il savait qu’il n’aurait surement pas le temps de le blesser beaucoup si l’autre le faisait, mais il escomptait plus sur une petite peur qu’autre chose.

L’écoutant reprendre la paroles, l’Elfe l’écouta présenter calmement ses idées. Des idées qui lui paraissaient que trop vrais. Il savait ce qu’il voulait lui faire comprendre. Que les incarnés étaient trop fanatiques de Sven une fois qu’ils allaient au coin des secrets. Sauf peut-être lui. Mais était-il réellement le seul ? Aucun n’avait de regret à y être ? Etrangement cette idée ne l’avait pas effleurer l’esprit. Maintenant, qu’il y songeait, ce détail l’intriguait. Il faudrait qu’il enquête discrètement, sans Mina près de lui. Mais il y arriverait en étant prudent.

« Tant qu’il est aux commandes, on peut juste se cacher, et ne s’attacher à personne. Sans quoi il cherchera à s’attaquer à ceux auxquels on tient. Après, ce comportement n’est pas si surprenant. Il nous offre un toit et à manger. Puis on ne connait pas foorcément ce monde quand on le croise pour la première fois. Même si ce n’est pas ce qui est forcément le plus intéressant. Quant à nous fondre dans la masse, tout dépend des personnes et de leur apparence. Certains passeront mieux que d’autres. Mina et ses oreilles de lapin se feraient tout de suite repérer. »

Néo n’avait pas prévu de parler tant. Mais Nataku avait su mettre la main sur ce qui tenait réellement à cœur pour ce jeune homme. Même si sa réponse était mitigée, laissant paraitre des perspectives plus terre à terre qu’autre chose. Il fallait juste espérer qu’il ne soit pas trahi. Si c’était le cas, il allait le sentir passer lorsqu’il recroiserait Sven. Le regardant avec un pâle sourire, l’incarné détourna la tête avant de reprendre la parole.

« Vous arrivez bien tard pour me protéger de lui. » Jetant un regard vers le Bristol, l’incarné retint un soupir de lassitude. Il n’avait aucune envie de passer sa vie à se cacher. Mais l’absence de documents officiels le forçait à rester sur Tokyo, sinon il aurait déjà quitté la capitale japonaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Nataku
Opposant rusé
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 15/06/2009

Possession/Don du personnage
Somme: 200 000 yen
Don: /
Arme(s): /

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Mar 14 Juil - 0:12

Spoiler:
 

Le cour du temps semblait comme brisé et le monde s'effondrait peu à peu tout autour de Nataku.
Il sentit une peur intense prendre possession de lui comme si la silhouette froide de la mauvaise fortune l'avait enveloppé dans une étreinte fatale.
Ses pires craintes venaient de ressurgir.

Depuis des heures qu'il songeait à cette rencontre, il n'avait imaginé que deux scénarios catastrophes; deux hypothétiques fins du monde : soit Néo n'était pas celui qu'il croyait, soit il était trop tard, Sven avait déjà prit possession de lui; mais il ignorait comment.

Il crut d'abord que sa toute première inquiétude était devenu réalité.


*Tant qu’il est aux commandes, on peut juste se cacher, et ne s’attacher à personne. Sans quoi il cherchera à s’attaquer à ceux auxquels on tient. Après, ce comportement n’est pas si surprenant. Il nous offre un toit et à manger.*

Il était impossible qu'une personne dotée d'une quelconque sensibilité puisse accepter avec un tel détachement la mort de sa propre liberté et de celle de ses amis les plus chers. Il était impossible que Néo ait accepté de les échanger contre "un toit et à manger". La sujétion était si infâme qu'elle ne pouvait inspiré que le dégoût, voir la rage.
Mais le garçon ne semblait pas s'en indigner le moins du monde.


*Mais alors...*

Il apparaissait comme impossible désormais que ce soit lui qui...

*Ou bien, c'était une encore une ruse... Oui!*

Il se rappela de cette phrase qui l'avait tant touché au moment où Néo l'avait dite:

"Songez ne serait-ce qu’une fois à me dénoncer et je me ferais une joie de vous tuer dans les pires supplices imaginables."

Si le jeune garçon avait si peur de se voir dénoncé, c'était bel et bien qu'il ne voulait pas finir comme les autres incarnés de "l'armée de Lovick"; ou alors, c'était qu'il essayait de protéger quelqu'un.
Dans les deux cas, cela faisait de lui une toute autre personne que celle pour laquelle il voulait se faire passer.

Alors pourquoi cette distance? Pourquoi cette méfiance?

Une goutte de sueur perça la peau du vieil homme, de haut en bas de son dos.
La pire de ses angoisses venait de se concrétiser.


*Il était bien tard pour protéger Néo.*

*Sven lui avait mis la main dessus.*


*Mais cette méfiance, cette distance?*


Était-il possible que l'incarné ai échappé au maire? Si ce n'était pas le cas, peut être essayait-il de le faire. Mais pourquoi ne le lui avait-il pas confier à lui? Pourquoi refusait-il de lui faire donc confiance.
Nataku fut submergé par un profond sentiment de rage.
Il tenta un instant de garder la tête froide, puis, comme dans un accès de colère, il attrapa le jeune garçon par le col et il rapprocha son visage du sien, l'air menaçant.


"Oh!"

Quelques passants s'étaient arrêtés mais aucun ne réagissait.

"Tu es bien sûr qu'il est trop tard Néo?"

Warui s'était mis à hurler.

"Tu es bien certain de ne pas vouloir m'écouter?"

C'était comme si une lame venait de lui transpercer le cœur. Ses mots lui coutaient tellement. Comment le jeune elfe allait-il réagir? Pourvu qu'il comprenne! A travers ses cris, Nataku tenta de lui expliquer:

"Attends. Ne fais rien s'il te plait. Je suis désolé, mon ami, vraiment désolé. Mais ce que tu veux me dire par: "il est trop tard pour te protéger de Lovick", c'est qu'il est déjà entré en contact avec toi, je me trompe?"

Il espérait pouvoir finir.

"Si c'est le cas, sois sûr que, quoi que tu lui ais répondu, tu ne seras plus jamais libre, à présent... A moins que tu ne me fasses confiance. Bien sûr. Je te fournir une nouvelle identité."

De nouveau il s'arrêta. Il regarda à droite, à gauche. Tellement de gens les fixaient désormais, il devait rester dans son rôle.

"En ce moment même il te fais suivre, j'en mettrais ma main à couper et le problème c'est que si tu veux que je t'aide, Sven ne dois rien savoir de notre rencontre. Il doit croire que tu ne m'as jamais écouté."

Il leva la tête et jeta des coups d'œil un peu partout dans la foule.

"Néo-kun, je t'en prie, crois-moi. Tu n'es pas seul, tu sais? Et dès que tu serras prêt je serais là pour t'aider. Pour l'instant, tu ne semble pas décidé à me faire confiance. Soit. Mais ne passes pas ta vie entière à te méfier des autres.
Je suis persuadé qu'un jour viendras où tu seras prêt à te fier à quelqu'un. Quelqu'un qui veut t'aider. Alors ce jour là souviens-toi de cette phrase et souviens-toi en bien, car elle te mènera à moi.

Le jour où tu serras prêt à mourir, pour renaitre sous une nouvelle lune, regagne ce qui t'as le plus retenu.


Un peu étrange, je te l'accorde, mais c'est pour brouiller les pistes. Après tout, peut être que l'on nous écoute."


Une dernière hésitation retint Nataku, puis il reprit, plus déterminé que jamais.

"Je t'attendrai au pied de la lune.

Et pour une fois Néo-chan(*1) baisse ta garde. Cesse de réfléchir et laisse tomber les masques."


Il essaya d'attraper la main du jeune garçon pour la poser sur son cœur.

"Suis ton instinct.
Je sais ce que tu recherches.
Aidagara(*2)..."


Enfin, le moment fatidique. Nataku le redoutait tant. Il serra le poing.

"En attendant, excuse-moi pour cela."

A voix haute il reprit:

"Parfait, et bien si tu crois pouvoir faire confiance à Sven, tu lui transmettras mes amitiés!"

Il frappa de toutes ses forces dans l'estomac de Néo et sa blessure s'élargit un peu plus encore.

"C'est à toi maintenant. Frappe-moi. Fais-moi tomber à terre."

Sur un ton de défi, il prit à témoin la foule:

"Frappe moi l'IAI!... Vas-y, je t'attends!"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néo Anderson
IAI fan de Matrix
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 26/08/2008

Possession/Don du personnage
Somme: 3 200 yen
Don: Soin / Feu
Arme(s): Bâton

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Mer 22 Juil - 23:23

Laissant son masque en place, le jeune elfe ne savait plus réellement sur quel pied danser. L’homme face à lui l’intriguait, mais il ne pouvait s’empêcher de penser à mal, et que toute cette conversation tomberait dans l’oreille de Sven. Et ce simple constat l’agaçait et pas qu’un peu. Néo n’avait pas la moindre envie de se faire attraper par son supposé patron pour une histoire de rébellion. Cela ne lui serait en rien favorable. Mais lui masquer cela n’était pas non plus une chose simple et facile à faire. Il y avait déjà tant de mensonges que Sven considérait comme réalité. Ou tout au moins il paraissait y croire. Mais Néo ne pouvait avoir la certitude de quoi que ce soit. La pensée de Sven était insaisissable. Mais il se doutait qu’il devait le croire un peu, sans quoi sa liberté aurait été bien plus restreinte que ce qu’il avait en ce moment même.

Le jeune Elfe n’avait pas pensé que ses paroles puissent autant déranger son interlocuteur, mais Néo n’y avait pas réfléchi davantage en les prononçant. Car elle avait une part de vérité après tout. Malgré leur condition, Sven était l’un des rares à leur tendre ouvertement la main quand il débarquait. Ce qui expliquait son impact important au sein de la communauté IAI. Il savait parfaitement que son amnésie l’avait conduit à se débrouiller tout seul, et avoir une autonomie qu’il n’avait jamais eu. Et il avait aimé. Ne pas avoir de compte à rendre à qui que ce soit. Il ne se leurrait pas, sans son amnésie, il serait resté comme un sous-fifre de Sven et ravi de l’être.

Dans ses réflexions, Nataku oubliait une chose importante : il n’était qu’un étranger pour Néo. Et même s’il paraissait crédible, surtout par le journal, le jeune Elfe ne pouvait pas lui accorder. Il avait besoin de s’assurer que c’était un homme réellement crédible. Et il ne doutait pas que si Sven apprenait cette rencontre, il lui en parlerait. A moins qu’il lance directement le sujet. Ce détail serait à régler après. Une fois qu’elle serait finie. Elle aurait surement un rôle dans une manipulation sur Sven à exercer. Mais il allait devoir jouer la carte de la prudence. La masquer sèmerait le doute dans l’esprit du Maire. Non, le plus simple serait une entrée en matière brutale. Ce serait moins étrange et Sven ne se poserait pas trop de questions sur sa loyauté. Mieux valait ne pas se faire trop questionner, sinon ses idées ne seraient que retardées et cela ne l‘aiderait en rien.

Pris par surprise sous la colère de Warui, le jeune Elfe masqua aussi rapidement que venu ce sentiment de désarroi. Oui, sa réaction de colère agaçait Néo. Enfin ce n’était pas de la colère, plus de l’agacement de s’être fait manipuler pour rien. Au final, il ne l’aiderait en rien, s’il était aussi hystérique. Retenant un soupir de lassitude, l’incarné n’eut qu’une envie, s’en aller. Il avait osé y croire un peu, et la tromperie ne faisait que plus mal. Tant pis, il se débrouillerait tout seul et s’en sortirait parfaitement bien. Mais il n’eut pas le temps de se dégager, qu’un murmure s’élevait, laissant passer regret et tristesse envers ce comportement méprisable. Néo se mordit la lèvre pour ne pas laisser paraitre sa surprise sous la remarque. Oui, bêtement, naïvement, il avait cru ces froides paroles, sans voir au-delà. Sans réfléchir plus que sa peine. Il avait agit comme un idiot, impulsivement. Et dire qu’il avait failli partir précipitamment.

« Oui. »

La voix de Néo s’était à peine élevée, quant à ses lèvres, elles avaient bougé le moins possible. Pour qu’il paraisse ne pas avoir répondu à la remarque de son interlocuteur. Elle était minimaliste, et en même temps, il n’y avait rien d’autre à ajouter. Nataku comprenait les messages passés sous silence. Il semblait avoir déjà compris qu’il n’était plus libre de ses mouvements enfin plus exactement que les moindres de ses gestes étaient sous surveillance, ce qui ne l’étonnerait en rien. Après tout, Sven ne tenait pas à avoir à le retrouver une autre fois, comme il venait de le faire.

Les paroles de Warui n’avaient rien qui l’étonnait. Bien sir qu’une fois rentré là-bas, il était cloisonné à l’intérieur. Mais ce qu’il voulait creusé, c’était cette idée d’une autre identité. Si « Néo Anderson » disparaissait, alors Sven le laisserait tranquille. A condition de s’assurer que le second personnage existait avant sa pseudo disparition. Si quelqu’un apparaissait après sa disparition, le maire se poserait trop de questions pour qu’il puisse être en paix. Non, tout allait devoir être chronométré dans la moindre seconde. Rien ne serait simple et facile. Mais sa liberté avait-elle un prix ?

Laissant les paroles de Nataku résonner dans sa tête, le jeune Elfe masqua ses pensées complètes sur ce qu’il disait. Il avait envie. Après tout, il risquait quoi ? De se faire attraper par Sven, de se faire enfermer un peu plus, de ne plus pouvoir fuir. En même temps, s’il le faisait seul, le risque serait aussi grand. Que perdait-il à essayer ? Que perdait-il à ne pas vouloir cette main tendue ? Non, il ne perdait rien à le faire. Après tout, c’était aussi dangereux seul qu’avec quelqu’un. Le seul danger qu’il y avait, c’était d’être trahi. Mais que ce soit seul ou à deux, les risques étaient les mêmes si jamais Sven apprenait le fond de sa pensée. Après tout, que risquait-il de plus à lui faire confiance ? Que perdrait-il à lui refuser cette confiance ? Après tout, une autre identité n’était pas négligeable. C’était même un atout très attirant. Car Sven chercherait « Néo Anderson » ou quelqu’un qui y ressemblerait assez, avec des centres d’intérêts proches. Mais quelqu’un de totalement différent, ce serait la meilleure des cachettes. Enfin il comptait bien se servir de l’idée que Kyosuke avait involontairement fait germer dans sa tête. Tricher sur son âge. Se rajeunir, puisqu’il l’avait pris pour un gamin.

« Le jour où tu seras prêt à mourir pour renaître sous une nouvelle lune, regagne ce qui t’a le plus retenu. »

Le Bristol ? Son appartement ? Nataku disposait des deux informations, laquelle des deux visait-il exactement ? Néo n’avait pas la moindre idée précise. L’inconvénient était que ces lieux étaient trop évident si on disposait des informations sur sa vie pendant les quatre mois qu’il venait de vivre. Et il ne voulait pas laisser Sven deviner ce qu’il se tramait. A moins qu’il joue d’agilité vis-à-vis de celui le suivait. Ce n’aurait rien de simple et d’évident, mais ce serait faisable. Le métro l’aiderait dans ses idées. Il lui fallait faire un coup de maître.

« je t’attendrais au pied de la lune. »

Néo retint un air surpris sous la phrase. Il ne voyait rien. Ou plus exactement, il ne comprenait rien. Mais il prendrait le temps de décortiquer correctement le message de Nataku. Il finirait bien par le comprendre. Au pire, il trouverait un moyen de le contacter sans attirer l’attention de Sven. Il ne doutait pas qu’il s’en rappellerait correctement et qu’il trouverait. Mais il n’avait pas le temps d’y penser pour l’instant. Pour l’instant, il écoutait les paroles suivantes du japonais, sans tout comprendre. En particulier la raison de ses excuses, jusqu’à ce qu’il se retrouve plié sous la douleur. Cet idiot n’y était pas allé de main morte, bon sang. Repoussant la main qui maintenait son col, Néo finit par se redresser en fusillant du regard son interlocuteur.

« Vous savez où le trouver, alors débrouillez-vous ! »

Sans rien dire d’autre, le jeune Elfe s’écarta de son interlocuteur sans faire le moindre geste pour le frapper. Ce n’était pas un geste qu’il faisait facilement, et il n’avait aucune envie de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Nataku
Opposant rusé
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 15/06/2009

Possession/Don du personnage
Somme: 200 000 yen
Don: /
Arme(s): /

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Jeu 23 Juil - 2:33

Spoiler:
 


"Ça suffit! hurla un homme dans la foule. IAI ou non, ça reste un gamin."

Il se démarqua un peu des autres et leva le poing d'un air menaçant.

"Il est hors de question que je te laisse faire l'ancien. Sois tu le laisse tranquille, soit je m'occupe de toi."

*Une jolie preuve de courage.*
Pensa Nataku.

Il fut réellement touché par l'acte de cet inconnu. Il était heureux, tout simplement. Heureux de voir qu'il existait des personnes aussi bonnes et sensées que cet homme. Heureux de voir qu'il y en avaient pour protéger Néo.

*Bon sang, se dit-il intérieurement, la rencontre a vraiment été rude. J'espère ne pas en sortit trop affecté...

Mais qu'est-ce qui m'arrive?


Pourquoi me touche-t-il à ce point?*


C'était le bon moment pour filer. Nataku se recula de quelques pas, puis il jeta un dernier regard à Néo. Un regard plein d'une fausse haine. Il fit volte-fasse et disparu dans la foule.

La honte l'accompagnait désormais. Qui était assez fou pour frapper un enfants. Les gens, sur son passage, le foudroyaient du regard.
Bientôt, une femme explosa en une exclamation d'horreur:


"Oh...oh, mais je le reconnais, attendez, c'est Warui Nataku, la maire de Shinjuku!
-Quoi!
-Warui!"


Des murmures accompagnèrent le passage du vieil homme.
Et voilà. Il était repéré.


*Pourquoi...*

Pourquoi avait-il pris tous ces risques pour Néo? Qu'allait-il devenir maintenant... Peu importait. Il s'en fichait.
Tout ce qui l'occupait désormais, c'était le devenir du jeune elfe.
Il était déjà à la botte de Sven. Mais alors... l'avait-il vraiment écouté... ou plutôt s'était-il contenté de faire semblant?
Peut être allait-il s'empresser d'aller trouver Lovich afin de tout lui raconter.
Sven.
Lovich.
Tout ça c'était à cause de lui!



*Tout ça, c'était à cause de lui...
OH!*


Warui s'arrêta un instant. Une idée des moins plaisantes venait de lui traverser l'esprit.
L'idée qu'il devait quelque chose à Sven.
Sven... Pourtant, oui, c'était vrai, il avait bel et bien fait quelque chose pour lui!


*Il..*

Il...

*Il m'a donné...*


Reprenant cette formidable confiance qu'il avait en lui même, Nataku chassa d'un trait ce pensé suborneur.
Il reprit sa route et leva la tête haut pour admirer le ciel.
Il était d'un noir si profond. Si effrayant... Pourtant la lune brillait. Elle brillait d'une lueur pâle qui lui redonner l'espoir.


*L'espoir...*

Tout ça, c'était pour Néo.

Il espérait au moins que celui-ci avait compris ses indications. Quel idée saugrenue d'aller inventer une énigme. Elle lui était venue si facilement pourtant. D'un point de vue extérieur, elle était peut être insondable.
Mais Néo, il le savait, n'avait rien d'un idiot. Dans ses yeux brillait cette lueur éclatante. Cette envie d'aller toujours plus loin, de chercher la vérité cachée derrière toute chose.
Pourquoi Nataku lisait-il aussi facilement en lui?

Le seul moyen qu'il avait désormais de faire plus ample connaissance avec lui était de ce rendre au lieu de rendez-vous. D'y aller, tous les soirs, encore et encore, en s'assurant de ne pas être suivi et en attendant Néo, aussi longtemps qu'il le faudrait.
Il y avait tellement peu de chances pour qu'il comprenne.
Pourtant, Warui restait confiant.
Une telle confiance relevait presque de l'aveuglement.


*Peut être ou peut être pas...*
Non.*


Néo viendrait, il le savait.
En suivant son cœur, il retournerait forcément au Bristol, il s'y rendrait de nuit et ne voyant personne, il pénétrerait dans le restaurant.
Il trouverait peut être ça absurde sur le coup, mais il le ferait.
Le tout maintenant était de savoir quand y aller.
A cette question aussi Nataku avait apporté une réponse.


"Une nouvelle lune."


Oui, la nouvelle lune.
Néo était prisonnier de Sven. Si, comme Nataku le croyait, il voulait se défaire de son emprise, ce qu'il lui faudrait faire, ce serait mourir pour renaitre sous une nouvelle identité.


"Une nouvelle lune."


Si l'on comparait la vie de Néo aux aléas d'un cycle lunaire, alors la nouvelle lune, la lune qui forme son croissant le plus fin, pouvait symboliser une renaissance, un nouveau jour.
Ainsi, si Néo voulait mourir, comme lui avait indiqué Nataku, il devrait se rendre au Bristol lors d'un soir de pleine lune. Au moment où l'astre était sur le point de mourir pour renaitre le soir suivant.


Au moment du commencement.

Warui baissa les yeux. Ça, Néo le comprendrait sûrement. La suite, elle, serait plus difficile à assimiler.

La lune en son plus haut point baigne Tôkyô tout entier. Mais elle envoie ses premiers rayons blanc sur l'un de ses bâtiment le plus haut. Sur l'un de ses bâtiment les plus imposants. La Tôkyô Tawa(*1). La tour de Tôkyô.
C'était là le pied de la lune. Le point à partir duquel on quitte réellement le monde terrestre pour se tourner vers l'astre froid du soir.
Il y avait une fenêtre au Bristol qui permettait une vue imprenable sur la Tour, mais est-ce que l'elfe le comprendrait? Est-ce qu'il repenserait à ces mots:


"Je t’attendrais au pied de la lune."


Au pied de la lune, l'image peut être était mal choisie.
Nataku réfléchit encore un instant. La tâche qu'il avait confiée au jeune incarné était peut être trop ardue.
Même s'il s'arrêtait sur les reflets lunaires qui baignent la Tôkyô Tawa, penserait-il à larguer son espion avant de venir?
Découvrirait-il la solution qui était cachée au sein même du Bristol?

Vues les positions relatives de la lune, de la Tour et du Bristol, il y avait fort à parier que l'image du centre ville de Tôkyô était renvoyé sur le sol du restaurant, par cette fameuse fenêtre, qui a vue sur la Tawa.
Alors, l'ombre déformée du titan métallique, pointerait sans nul doute la porte de derrière. Cette porte que Néo ne pouvait que connaitre.
S'il réfléchissait un instant, alors, il comprendrait tout. Il comprendrait qu'il pourrait larguer son espion à travers les ruelles qui se cachent derrière le Bristol. Il comprendrait qu'il n'aurait même pas besoin de prendre le métro, se trouvant déjà à Minota-ku(*2). Il comprendrait que la piste de la Tour était la bonne et que Nataku l'attendrait là-bas.
Après tout, l'endroit était bien choisi.
Fermée au public la nuit, la tour était l'un des endroits les plus éclairés et en même temps les plus calmes et silencieux de tout Tôkyô.
Lorsque l'on se trouvait dessus, il était facile de se cacher du reste du monde. Par contre, s'il y avaient d'autres personnes sur la Tour, elles étaient facilement repérables.
Nataku le savait, si Néo parvenait à se rendre jusqu'à la Tôkyô Tawa, même s'il était suivi, l'agent de Sven n'aurait plus que deux possibilités: soit stopper la poursuite au pied de la Tour -ainsi, il ne le verrait même pas-, soit se montrer au grand jour.
Nataku et Néo aurait alors tout le loisir de le faire taire, de s'assurer qu'il ne parle pas.



*La Tôkyô Tawa.*

C'était vraiment l'endroit parfait.
Celui à partir duquel on surplombait toute la ville.
Celui à partir duquel on avait l'impression de voler.
Celui à partir duquel on goutter vraiment à la liberté...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néo Anderson
IAI fan de Matrix
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 26/08/2008

Possession/Don du personnage
Somme: 3 200 yen
Don: Soin / Feu
Arme(s): Bâton

MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   Jeu 23 Juil - 19:36

[HRP : Sujet clos pour moi aussi. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aidagara - Un lien [PV Néo Anderson][clos]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vient porter plainte contre Aurélien (Léo)
» Petite angine { PV : Dr Aurélien Fabre}
» Arrivée de Mgr Aurélien Maledent de Feytiat
» Lien de Nuage de Chocolat / Hiver boréal
» Mr Anderson Vs Randy Orton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raizen World :: Tokyo :: Les rues-
Sauter vers: